Francais        English         Portugues          Espagnol        Swahili      Lingala      Kikongo      Tshiluba       Tetela

Bibliothèque  Champ de Boaz    Frère Branham    Frère Lee Vayle     Frère Billy    Ecodim     Evangelisation 

 

 

LA DIFFERENCE ENTRE

 L’EXCOMMUNICATION ET LA LIVRAISON A SATAN

(Versets Bibliques et Citations de Frère Branham)

www.reconciliationtabernacle.org

 

Excommunication ou Livraison à Satan (pdf) 

 

Une question nous a été posée à travers le site Internet sur la différence entre l’excommunication et la livraison à Satan.

Question : Quelle différence y-a-t-il entre excommunier un frère selon Mathieu 18 : 15-18 et livrer un frère à Satan selon I Corinthiens 5 :5 ? Répondez-moi en vous appuyant sur la Bible et sur les citations du prophète.

Réponse : Mon Précieux Frère…. Merci de votre question. J’ai partagé votre question avec nos frères d’Amérique qui m’ont apporté des éléments de réponse qui sont intégrés ci-dessous et j’ai aussi pris soin de méditer là-dessus en y ajoutant les citations du prophète et des versets de la Bible. Il existe aussi une étude audio très intéressante sur notre site que je vous conseille de télécharger en cliquant ici sur ce lien ou texte souligné. Je vous conseille d’utiliser la connexion VODACOM aux heures creuses de la nuit ou tout autre opérateur avec une bonne vitesse de téléchargement pour le fichier audio.

Fondamentalement, ce sont deux passages de l’écriture qui s’appliquent à des contextes différents. Mathieu 18 : 15 concerne un problème entre deux frères dans l’église par contre I Corinthiens 5 : 5 concerne un problème entre un frère qui nuit directement à la réputation de l’église entière par une conduite immorale par exemple. Là où il y a chevauchement entre les deux est que, pour appliquer I Corinthiens 5 :5,  le prophète suit les mêmes étapes que Mathieu 18 :15-18. La livraison est une excommunication de degré absolu dans le but d’aider un frère rétrograde qui a défié l’église à revenir au salut.  Nous parlerons donc de ces deux cas séparément, puis nous présenteront quelques cas de chevauchement avec les citations du prophète. Nos commentaires sont en italique.

1.      Excommunication. 

Mathieu 18:15  Si ton frère a péché, va et reprends-le entre toi et lui seul. S'il t'écoute, tu as gagné ton frère.

Il s’agit d’un frère qui prie dans la même foi, la même communauté ou assemblée locale qui pèche contre toi (individuellement) et la Bible te recommande, toi qui es offensé, d’aller en personne voir le frère qui vous a offensé pour régler ce problème ou ce péché. Aujourd’hui, les échanges peuvent aussi être faits par appel téléphonique ou SMS ou même par e-mail. Si ça n’aboutit pas, vous passez à l’étape suivante.

Mathieu 18:16  Mais, s'il ne t'écoute pas, prends avec toi une ou deux personnes, afin que toute l'affaire se règle sur la déclaration de deux ou de trois témoins.

 

Il est préférable de prendre une ou deux personnes pour qui ce frère a de l’estime et qui sont aussi crédibles au niveau de l’église. Ça peut aussi être des diacres de l’église. S’il refuse malgré tout de reconnaitre sa faute et de la réparer, vous passez à l’étape suivante.

Mat 18:17a  S'il refuse de les écouter, dis-le à l'Église;

 

La troisième étape comporte deux parties, le dire à l’église puis l’excommunication si le frère refuse d’écouter l’église. Il faudra porter l’affaire à la connaissance de l’église où le frère est membre de préférence au pasteur de l’église (ou ses collaborateurs les plus directs (diacres ou associés) sur accord du pasteur) qui présentera le cas à l’église. Si cela ne règle pas le problème, vous passez à l’étape suivante.

Mathieu 18:17b …. et s'il refuse aussi d'écouter l'Église, qu'il soit pour toi comme un païen et un publicain.

 

Il ne pourra plus bénéficier des relations privilégiées qui existent entre frères jusqu’à ce qu’il se sera mis en ordre. Remarquez qu’il est dit, qu’il soit pour toi, que toi, tu le considères comme un païen. L’église qui connait déjà le cas de ce frère prendra des dispositions pour ne pas avoir d’autres victimes. Le grand problème est que dès qu’il y a une personne qui dénonce le comportement malfaiteur du frère, ce n’est alors que les autres viendront dire les abus dont ils ont été victimes ou témoins. Depuis l’Ancien Testament, la Bible nous recommande de dénoncer (Lévitique 19 :17). L’église doit avoir des anticorps pour éviter l’invasion de toute vie étrangère.

Pour l’apôtre Paul, l’excommunication ou la rupture des relations avec des faux frères doit être automatique  et indiscutable.

 

1Corinthiens 5:9  Je vous ai écrit dans ma lettre de ne pas avoir des relations avec les impudiques, - 10  non pas d'une manière absolue avec les impudiques de ce monde, ou avec les cupides et les ravisseurs, ou avec les idolâtres; autrement, il vous faudrait sortir du monde. 11  Maintenant, ce que je vous ai écrit, c'est de ne pas avoir des relations avec quelqu'un qui, se nommant frère, est impudique, ou cupide, ou idolâtre, ou outrageux, ou ivrogne, ou ravisseur, de ne pas même manger avec un tel homme. 12  Qu'ai-je, en effet, à juger ceux du dehors? N'est-ce pas ceux du dedans que vous avez à juger? 13  Pour ceux du dehors, Dieu les juge. Otez le méchant du milieu de vous.

 

Dieu sera derrière la decision que prendra l’église en conformité avec Sa Parole.

Mathieu 18:18  Je vous le dis en vérité, tout ce que vous lierez sur la terre sera lié dans le ciel, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans le ciel.

 

L’église est donc la plus haute hautorité pour le reglement des problemes entre les frères. C’est ce que Paul d’ailleurs recommande dans I Corinthiens 6:4-11

1Corinthiens 6: 4  Quand donc vous avez des différends pour les choses de cette vie, ce sont des gens dont l'Église ne fait aucun cas que vous prenez pour juges! 5  Je le dis à votre honte. Ainsi il n'y a parmi vous pas un seul homme sage qui puisse prononcer entre ses frères. 6  Mais un frère plaide contre un frère, et cela devant des infidèles! 7  C'est déjà certes un défaut chez vous que d'avoir des procès les uns avec les autres. Pourquoi ne souffrez-vous pas plutôt quelque injustice? Pourquoi ne vous laissez-vous pas plutôt dépouiller? 8  Mais c'est vous qui commettez l'injustice et qui dépouillez, et c'est envers des frères que vous agissez de la sorte! 9  Ne savez-vous pas que les injustes n'hériteront point le royaume de Dieu? Ne vous y trompez pas: ni les impudiques, ni les idolâtres, ni les adultères, 10  ni les efféminés, ni les infâmes, ni les voleurs, ni les cupides, ni les ivrognes, ni les outrageux, ni les ravisseurs, n'hériteront le royaume de Dieu. 11  Et c'est là ce que vous étiez, quelques-uns de vous. Mais vous avez été lavés, mais vous avez été sanctifiés, mais vous avez été justifiés au nom du Seigneur Jésus Christ, et par l'Esprit de notre Dieu.

 

QUESTIONS ET REPONSES     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 28.06.59S

127.       Maintenant, l’Epouse est montée, le reste est laissé ici. Et c’est ce dernier qui apparaît à la seconde résurrection. «Heureux et saints ceux qui ont part à la première résurrection, la seconde mort n’a point de pouvoir sur eux.» C’est vrai. La seconde résurrection, ce sera le jugement du trône blanc, alors l’église... «Ne savez-vous pas, a dit Paul,... vous allez chez les incroyants, les hommes de loi et ainsi de suite alors que ce sont les saints qui jugeront la terre.» Ces cas devraient être jugés devant l’Eglise, non pas devant des magistrats injustes et ainsi de suite, c’est plutôt devant l’Eglise que nos cas devraient l’être. Vous vous traînez les uns les autres devant les tribunaux. Que Dieu ait pitié d’un homme qui amènera un Chrétien devant les tribunaux. C’est vrai. Paul les a même défiés de le faire.

Les Chrétiens sont appelés à veiller les uns sur les autres et suivre les procédures Bibliques pour régler les problèmes.

 

Deutéronome 19:15  Un seul témoin ne suffira pas contre un homme pour constater un crime ou un péché, quel qu'il soit; un fait ne pourra s'établir que sur la déposition de deux ou de trois témoins.

 

Il y a bien des fois des frères qui changent d’assemblées dès qu’on leur fait des reproches. Nous devons garder à l’esprit que chaque réveil produit des jumeaux. Il y a trois sortes des croyants dans les rassemblements chrétiens.

 

1Jean 2:18  Petits enfants, c'est la dernière heure, et comme vous avez appris qu'un antéchrist vient, il y a maintenant plusieurs antéchrists: par là nous connaissons que c'est la dernière heure. 19  Ils sont sortis du milieu de nous, mais ils n'étaient pas des nôtres; car s'ils eussent été des nôtres, ils seraient demeurés avec nous, mais cela est arrivé afin qu'il fût manifeste que tous ne sont pas des nôtres.

 

Les conducteurs ne sont pas épargnés. Ils doivent mener une vie exemplaire.

 

1Timothée 5:17  Que les anciens qui dirigent bien soient jugés dignes d'un double honneur, surtout ceux qui travaillent à la prédication et à l'enseignement. 18  Car l'Écriture dit: Tu n'emmuselleras point le boeuf quand il foule le grain. Et l'ouvrier mérite son salaire. 19  Ne reçois point d'accusation contre un ancien, si ce n'est sur la déposition de deux ou trois témoins. 20  Ceux qui pèchent, reprends-les devant tous, afin que les autres aussi éprouvent de la crainte. 21  Je te conjure devant Dieu, devant Jésus Christ, et devant les anges élus, d'observer ces choses sans prévention, et de ne rien faire par faveur.

 

2.       La livraison à Satan

Prenons maintenant le cas de la livraison à Satan. Paul a pris une décision souveraine et a donné l’information. Il était le fondateur de ces église, le prophète apôtre et messager de l’âge. La cause de la livraison était l’immoralité notoire et la fausse doctrine. L’église locale était tolérante, le messager a appliqué la rigueur de la Parole.

1Corinthiens 5:1  On entend dire généralement qu'il y a parmi vous de l'impudicité, et une impudicité telle qu'elle ne se rencontre pas même chez les païens; c'est au point que l'un de vous a la femme de son père. 2  Et vous êtes enflés d'orgueil! Et vous n'avez pas été plutôt dans l'affliction, afin que celui qui a commis cet acte fût ôté du milieu de vous! 3  Pour moi, absent de corps, mais présent d'esprit, j'ai déjà jugé, comme si j'étais présent, celui qui a commis un tel acte. 4  Au nom du Seigneur Jésus, vous et mon esprit étant assemblés avec la puissance de notre Seigneur Jésus, 5  qu'un tel homme soit livré à Satan pour la destruction de la chair, afin que l'esprit soit sauvé au jour du Seigneur Jésus. 6  C'est bien à tort que vous vous glorifiez. Ne savez-vous pas qu'un peu de levain fait lever toute la pâte? 7  Faites disparaître le vieux levain, afin que vous soyez une pâte nouvelle, puisque vous êtes sans levain, car Christ, notre Pâque, a été immolé. 8  Célébrons donc la fête, non avec du vieux levain, non avec un levain de malice et de méchanceté, mais avec les pains sans levain de la pureté et de la vérité.

 

Jouissant de ses prérogatives de prophète-messager, Paul a livré quelqu’un qui a fait naufrage par rapport à la foi, qui enseignait les fausses doctrines. Frère Branham ne l’a pas fait, il a prié jusqu’à obtenir la réponse sur le serpent venimeux des faux adorateurs qui se faufilait parmi le peuple mais qui avait fini par être écrasé.

1Timothée 1:18  Le commandement que je t'adresse, Timothée, mon enfant, selon les prophéties faites précédemment à ton sujet, c'est que, d'après elles, tu combattes le bon combat, 19  en gardant la foi et une bonne conscience. Cette conscience, quelques-uns l'ont perdue, et ils ont fait naufrage par rapport à la foi. 20  De ce nombre son Hyménée et Alexandre, que j'ai livrés à Satan, afin qu'ils apprennent à ne pas blasphémer.

 

2Timothée 2:17  De ce nombre sont Hyménée et Philète, 18  qui se sont détournés de la vérité, disant que la résurrection est déjà arrivée, et qui renversent le foi de quelques-uns. 19  Néanmoins, le solide fondement de Dieu reste debout, avec ces paroles qui lui servent de sceau: Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent; et: Quiconque prononce le nom du Seigneur, qu'il s'éloigne de l'iniquité.

 

3.       Lien entre excommunication et livraison à Satan

POURQUOI NOUS NE SOMMES PAS UNE DENOMINATION ?     JEFFERSONVILLE IN USA    Sam 27.09.58

195.       Maintenant, nous pouvons vous dire pourquoi nous prenons la communion. Nous vous dirons pourquoi nous pratiquons le lavage des pieds; et pourquoi nous ne voulons pas laisser les membres prendre la communion, si nous savons qu’ils vivent dans le péché. C’est pourquoi ces deux ou trois dernières semaines, je suis allé d’un membre à l’autre ; vous avez vos petites querelles aussi. Je suis allé, l’un ne voulait pas parler à l’autre, et quand ils se rencontraient sur la route, ils détournaient la tête. Honte à vous! Vous qui avez pris la coupe bénie de Dieu au-dessus de cet autel-ci, vous qui vous êtes appelés frères et soeurs et qui, ensuite, prenez le téléphone et commencez à parler en mal les uns des autres, vous n’êtes pas dignes d’être appelés chrétiens, quand vous agissez ainsi. C’est vrai. Restez éloignés du téléphone! Si vous ne pouvez pas dire du bien de quelqu’un, alors ne parlez pas du tout! Souvenez-vous, Dieu vous en tiendra pour responsables. Aussi longtemps que cette sorte d’esprit est en vous, vous savez que vous n’êtes pas en ordre avec Dieu. Si vous ne sentez pas…

196.       Si un homme est dans l’erreur, allez vers lui et réconciliez-vous. Si vous ne pouvez pas vous réconcilier, prenez quelqu’un avec vous. Ce n’est pas étonnant que Dieu ne puisse pas discipliner Son Eglise, c’est que vous ne vous y prenez pas correctement. Au lieu de prendre le téléphone et de parler de ceci, de ce qui est arrivé et d’avoir des groupuscules et autre, au lieu de faire cela, pourquoi ne faites-vous pas ce que la Bible enseigne? Si un frère a été pris en faute, allez vers lui, et voyez si vous ne pouvez pas vous réconcilier avec lui. «Eh bien, alors, il m’a fait…» Peu importe ce qu’il a fait, allez quand même vers lui. Il n’est pas dit que c’est lui qui doit venir vers vous. C’est vous qui devez aller vers lui, s’il est dans l’erreur. Vous direz : «Eh bien, c’est lui qui est dans l’erreur, c’est lui qui doit venir vers moi.» Ce n’est pas ce que la Bible dit. La Bible enseigne que c’est vous qui devez aller vers lui. S’il est dans l’erreur, allez vers lui.

197.       Et puis, s’il ne veut pas vous écouter, prenez alors quelqu’un avec vous comme témoin.

198.       Et s’il ne veut pas voir ce témoin, dites alors : «Eh bien, je vais prendre votre pasteur. » Parlez-lui donc et dites : « Je vais en faire part à l’église, et si dans les 30 jours qui suivent, frères, vous n’avez pas arrangé la chose… ce frère ici est disposé à se réconcilier. Vous, vous ne le voulez pas. Et si vous n’arrangez pas la chose dans les 30 jours… (alors, que va-t-il arriver?) Vous n’êtes plus des nôtres.»

199.       La Bible dit : « S’il ne veut pas écouter l’église, qu’il soit alors pour vous comme un païen et un publicain. » Vous voyez, aussi longtemps qu’un frère est sous cette protection de l’église, le Sang de Christ le protège. C’est la raison pour laquelle nous n’arrivons pas à faire marcher l’église comme il faut. Maintenant, … exact, ceci est la doctrine de bapt-… de l’Eglise baptiste–ou plutôt du Branham Tabernacle ici–veuillez suivre cela. Voyez-vous, pourquoi ne peut...

200.       Si vous prenez par exemple ici deux hommes, Léo et moi, m’amènerez-vous… Et je dirais: «Eh bien, Léo m’a causé du tort.» Peu importe, je suis censé aller vers lui. Eh bien, c’est un membre de cette église. Il–il est devenu chrétien. Il prend la communion ici, à la balustrade avec moi, et nous avons été baptisés au Nom du Seigneur Jésus ; nous nous sommes conduits honnêtement comme des frères, l’un vis-à-vis de l’autre, tout à coup, quelque chose arrive.

201.       Ce n’est pas l’homme. Dans les 90 % des cas, c’est le diable qui s’est interposé entre les gens. Ce ne sont pas les gens, c’est le diable. Et aussi longtemps que vous laissez le diable faire cela, vous faites du mal à votre frère. C’est vrai.

202.       Eh bien, s’il y a quelque chose de faux entre Léo et moi, nous arrangerons cela. Et si vous, vous voyez qu’il y a quelque chose, c’est votre devoir de venir vers nous et de dire: «Vous deux, venez ici, réconciliez-vous. Nous allons arranger ce problème. » Eh bien, alors, s’il arrive là et qu’on y découvre donc que nous y sommes… Je dis : «Eh bien, pour commencer, si nous–nous ne pouvons pas tomber d’accord, alors vous venez vers l’église, comme cela. »

203.       Et alors, aussi–aussi longtemps que vous ne faites rien à ce sujet, le Sang de Jésus-Christ nous protège cependant tous deux. Voyez-vous? Mais alors, ce–ce vieux cancer engendrera un autre cancer, et ce cancer engendrera un autre, jusqu’à ce que finalement, l’église entière tomber malade. Ensuite, cela en arrivera au point où, quand vous viendrez à l’église, elle sera si froide que vous devrez faire venir le concierge pour casser les glaçons dehors, avant que l’assemblée puisse entrer. Eh bien, vous savez que c’est vrai. Alors froide ! Quelqu’un s’assied là, vous savez, sans rien dire. «Eh bien, dans le passé, nous étions si spirituels.» Eh bien, qu’est-il arrivé? Vous couriez bien, que s’est-il alors passé? Vous voyez, vos péchés vous séparent. Et Dieu vous en tiendra pour responsables, frères! Maintenant, mettez donc cette chose en ordre.

204.       Il n’y a rien qui cloche avec moi. Il n’y a rien qui cloche avec Léo. C’est le diable qui s’est interposé entre nous. C’est vrai. Mettez la chose en ordre. Allez vers lui. Puis, s’il ne veut pas vous écouter ou si moi, je ne veux pas écouter, que ce soit l’un ou l’autre, dites-le alors à l’église. Et s’il ne vient pas pour se réconcilier avec cette église, dans les 30 jours, alors il n’est plus sous la protection de Jésus. Nous le délions. C’est tout à fait juste. Observez alors ce qui arrive. Laissez alors Dieu faire la discipline. Vous vous êtes déchargés de la chose. Vous avez fait tout votre possible, alors laissez Dieu s’occuper de lui quelque temps. Il le livrera au diable. C’est alors qu’il reviendra. S’il ne revient pas, sa vie ne durera que peu de temps.

(Ici Frère Branham fait un lien entre Mathieu 18 et I corinthiens 5, en parlant de l’excommunication et de la livraison à Satan - Compilation)

205.       Vous vous souvenez qu’il est parlé dans la Bible d’un frère qui ne voulait pas se mettre en ordre avec Dieu. Combien se souviennent de ce cas ? Il vivait avec sa mère adoptive et on ne pouvait pas le remettre sur le droit chemin. Paul dit: «Livrez-le au diable pour la destruction de la chair.» Vous verrez, dans 2 Corinthiens, qu’il s’est mis en ordre.

206.       J’ai un frère–un cher ami. J’aimerais mentionner son nom ici, c’est un frère prédicateur. Et ce frère prédicateur… Son nom est frère Rasmussen. Beaucoup parmi vous, prédicateurs qui êtes ici ce soir… Son nom figure dans vos registres en tant que frère interdénominationnel à Chicago. Et regardez: il avait un garçon, un prédicateur et il est parti épouser une jeune fille catholique et a commencé comme cela; et ils allaient faire ceci, cela et autre, et–et tout le reste. Et ils ont eu des ennuis. Son papa est allé vers lui et lui a dit: «Ecoute donc, fils, vas-tu te réconcilier?» Il répondit: «Papa…» Il a traité leur église d’une bande d’exaltés–son papa. Il a dit: «Maintenant, écoute, vas-tu mettre cette chose en ordre avec cette église?»

(Ici il s’agit d’un problème entre un Frère et l’église, une conduite immorale qui nuit à la réputation de l’église. –Il fait référence à  I corinthiens 5 sur la livraison à Satan - Compilation)

207.       Il répondit: « Eh bien, papa, tu es mon père, et je ne veux pas avoir des problème avec toi. » Très bien.

208.       Le père partit, prit un des diacres et alla le trouver chez lui. Il lui–il lui dit–dit : «Wesley, je veux te parler. » Il a demandé : «Vas-tu mettre cette chose en ordre avec l’église?» Et il lui répondit de façon cassante. Et le père dit: « Souviens-toi, Wesley, que je suis pasteur de cette église-là, je suis papa, mais je vais faire ce que Dieu ordonne. Je te donne 30 jours pour mettre cela en ordre avec cette église, sinon nous t’excommunierons de la Présence de Dieu. Tu es mon propre fils, Lui est mon Sauveur. » Il a ajouté : «Je t’aime. Et tu sais que je t’aime, Wesley. Je donnerai ma vie pour toi en ce moment-même. Mais tu dois te mettre en ordre avec la Parole de Dieu, vois-tu?» Il a dit : «Je suis le pasteur, je suis le berger de ce troupeau. Que tu sois mon fils ou n’importe qui d’autre, tu dois te conformer à la Parole de Dieu. Si tu ne le fais pas, alors je ne suis pas digne d’être Son berger. »

209.       Oh! ça, c’est un pasteur! C’est un homme. Ne pensez-vous pas? C’est un homme! Il a dit ça à son garçon, il a dit que cela lui avait fait mal, mais il ajouta: «Quoi ? Qui allez-vous blesser : l’homme ou votre Sauveur?» « Alors, a-t-il dit, nous sommes allés de l’avant.» Et il a dit : «Il ne voulait pas faire cela. »Et nous… «J’en ai parlé à l’église. »

210.       Il a dit : «Mon propre fils, Wesley, refuse de m’écouter dans cette affaire. Il refuse d’écouter le diacre. Vous en êtes témoins, frère Untel.» «Oui.» «Très bien. A 8 heures, le dimanche qui vient après 4 semaines, s’il n’a pas mis cette chose en ordre avec cette église, nous livrerons Wesley, mon fils, au diable, pour la destruction de la chair. Son Sang… le Sang de–de Jésus-Christ, et cette église, ne le protègera plus.»

211.       Et ce soir-là arriva. Il se tint à la chaire et dit: «Il a encore deux minutes.» L’heure arriva et il dit: «Eh bien, comme mon fils Wesley Rasmussen a dit à cette assemblée et à Toi, Dieu Tout-Puissant… Nous avons fait tout notre possible selon Ta Parole et Tes instructions que Ton–Ton Fils, notre Sauveur, nous a laissées. Maintenant, cette église et moi, livrons mon fils à la des… au diable pour la destruction de sa chair, afin que son âme soit sauvée.» C’est tout ce qui fut dit. Rien n’arriva pendant une ou deux semaines, peut-être un ou deux mois.

212.       Une nuit, le pauvre Wesley tomba malade. Et quand il tomba malade, cela s’est empiré. Il appela le médecin. Le docteur vint et l’examina. Il faisait une fièvre de 105°F [40,5°c–N.D.T.] sans que l’on puisse en trouver la cause. Il allait de mal en pis. Finalement, le médecin a dit : «Eh bien, je ne sais vraiment pas ce qui vous est arrivé.» Il ne savait que faire. Il a dit : «Nous ferons venir un spécialiste. » On a fait venir un spécialiste, et le spécialiste est arrivé. On l’amena à l’hôpital et après l’avoir examiné et tout, il dit: « Je ne peux pas vous dire ce qu’il en est, mais le garçon a un teint cadavéreux.» Sa femme était là, en train de pleurer et tout comme cela. Et les enfants se tenaient autour du lit et partout comme cela. Et le médecin a dit : «Il s’en va. C’est tout. » Il a dit : «Son pouls et sa respiration s’affaiblissent constamment.»

213.       Le jeune homme a dit : «Appelle papa.» Oh, oui! C’est ainsi qu’il faut faire. C’est ça. «Appelle papa.» Et son papa se rendit rapidement à l’hôpital, très vite, pour le voir. Il dit: «Papa, je ne le peux pas maintenant, mais Dieu entend mes paroles: je mettrai tout en ordre. Je mettrai cela en ordre. Oui, je le ferai.» Oui, oui. Frères, à ce moment-là même, sa respiration commença à redevenir normale.

214.       Et le dimanche suivant, il était devant l’église. Il a dit : «J’ai péché devant Dieu, devant cette église. J’ai refusé d’écouter les paroles du pasteur. Je–j’ai refusé d’écouter le diacre ici. » Et il a dit : «Je demande à cette église de me pardonner pour le mal que j’ai fait», comme cela. Et il ajouta: «Dieu a épargné ma vie.» Je vous assure, il a vécu droitement. Oui ! C’est ce que vous devez faire. Voyez-vous? Si seulement vous  y prenez à la manière de Dieu. Voyez-vous?

HEBREUX CHAPITRE 7, 1     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 15.09.57S

76.          Et tout prédicateur envoyé sous l’inspiration du Roi du Ciel, n’ira pas pour l’argent, ni pour faire de grandes églises, ni pour commencer des dénominations. Il ira uniquement pour un principe, et c’est celui de «ramener son frère déchu». Qu’il reçoive une pièce de dix cents dans l’offrande ou pas, cela ne changera rien du tout pour lui.

77.          Comme je le dis, «les véritables guerres sont menées et faites pour des principes et non pour l’argent». Et les hommes et les femmes qui adhèrent à l’église et entrent dans l’église pour devenir populaires, parce que les Jones en font partie, ou qui changent d’église, d’une petite église pour entrer dans une grande église, vous le faites avec un motif égoïste, et derrière cela il n’y a pas un principe juste. Vous devriez être disposé à vous tenir au front, dans la bataille.

78.          Dans ce tabernacle-ci, quand les choses vont mal et que vous, les hommes comme les femmes, fuyez pour aller ailleurs, ou que vous vous tenez à l’écart jusqu’à ce que la petite dispute ou la tension soit passée, il y a quelque chose de faux dans votre expérience. C’est vrai!

79.          Nous avons une coutume ici, nous avons un–nous avons un ordre ici, cette église est établie sur les principes de la Bible. S’il y a ici quelqu’un qui n’agit pas correctement et que vous trouviez qu’il n’agit pas bien, allez donc vers lui et parlez-lui. Si vous ne pouvez le réconcilier, prenez donc un frère avec vous, un ou deux de plus. S’il ne veut donc pas se laisser réconcilier, alors dites-le à l’église; et l’église le chassera, elle n’aura plus de communion avec lui. Et Jésus a dit : «Tout ce que vous déliez sur la terre, Je le délierai dans le Ciel.»

HEBREUX CHAPITRE 7, 1     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 15.09.57S

80.          La raison pour laquelle vous avez tant de difficultés, c’est parce que vous ne suivez pas les principes de la Bible. Si quelqu’un dans l’église cause des troubles, ou que quelque chose aille mal, votre devoir n’est pas d’aller parler de cet homme ou de cette femme. Votre devoir, c’est d’aller vers cet homme ou cette femme, et de lui dire son erreur. Et s’il ne vous écoute pas, prenez quelqu’un d’autre avec vous. S’il ne veut pas entendre cela, alors l’église doit le livrer. Jésus dit : «Ce que vous déliez sur la terre, Je le délierai dans le Ciel. Ce que vous liez sur la terre, Je le lierai dans le Ciel.» C’est cela l’autorité de l’Église.

81.          Il n’y a pas longtemps, ici, un brave prédicateur qui est un de mes amis... avait un garçon, et ce garçon fréquentait l’église, sa propre église. Il en était arrivé à courir avec une petite femme corrompue, qui fumait, buvait et se comportait mal. Le prédicateur a dit : «Evidemment, c’est bien là son affaire.» Un de mes vrais amis intimes, et un brave garçon. Mais il s’est tout à fait engoué là avec... d’une jeune femme. Et cette dernière était mariée, elle avait des enfants; son mari était vivant. Il craignait qu’ils puissent avoir... que ce garçon l’épousât, aussi ce frère était-il vraiment déchiré, et il m’a dit: «Frère Branham, je veux que vous alliez vers tel–tel garçon qui est mon fils, je veux que vous lui parliez.»

82.          J’ai dit : «Frère... (J’ai failli mentionner son nom!), ...»Vous connaissez une meilleure façon de procéder; ne m’envoyez pas. Si ce garçon ne vit pas correctement et que l’église l’ait vu se comporter mal, alors c’est à l’église de s’occuper de cette affaire. La responsabilité incombe à l’église, c’est à l’église d’aller là et de lui en parler.»

83.          Ainsi, il prit avec lui un frère, il est allé lui parler. Mais celui-ci répliqua au frère qu’il s’occupait de ses propres affaires et que lui aussi devait s’occuper des siennes. Le prédicateur prit avec lui un autre frère, deux autres (deux diacres), et ils sont allés lui parler. Il ne voulut pas écouter. Ils rapportèrent cela à l’église. Et il n’était pas venu pendant plusieurs soirées pour être réconcilié avec l’église, après que son péché eut été porté à la connaissance de l’église, alors l’église l’a livré.

84.          A peu près un mois plus tard, il fut alors terrassé par la pneumonie, et le médecin dit : «Il n’y a pas la moindre chance qu’il vive!» Alors, il est revenu en rampant! Dieu sait comment s’en occuper de la chose.

85.          Nous essayons de le faire par nous-mêmes : «Oh, vous devriez chasser un tel de l’église. Vous devriez faire ceci ou cela.» Avez-vous fait votre part à ce sujet en tant qu’église? Voilà. Voilà ce qu’il faut faire pour qu’ils reviennent en rampant : livrez-les une fois au diable.

86.          Que dit Paul au sujet de l’homme qui vivait là avec la femme de son père? On n’a pas pu le réconcilier, il dit : «Livrez-le au diable.» Observez ce qui arrive, dans la lettre suivante que Paul a écrite, cet homme s’était remis en ordre. Certainement, Dieu a une façon de s’occuper de ces choses, si seulement nous suivons Ses règles.

87.          Si quelque chose ne marche pas dans l’église, si cela se passe dans l’assemblée, chacun de vous, frères qui êtes au conseil des diacres... Si l’un de vous, les diacres, ne se comporte pas correctement, que les autres diacres viennent et qu’ils tiennent une réunion, qu’ils essaient de réconcilier le frère; qu’ils lui disent ce qu’il est en train de faire, ou l’un de vous membres, qui que vous soyez. Alors, la chose doit lui être présentée. S’il ne veut pas s’exécuter, venez donc le dire au pasteur. Ensuite, il sera chassé de l’église, et alors qu’il soit comme un païen et un publicain! Observez alors le Seigneur agir à son égard; (voyez?) c’est alors qu’il reviendra à lui-même, c’est alors qu’il va venir en rampant. Mais nous essayons de le faire par nous-mêmes, vous savez, nous essayons de faire le... toutes choses comme nous le devrions. Eh bien, nous ne réussissons jamais.

89.          Maintenant, toutes les guerres, comme je le dis, sont menées pour des principes. Alors, si vous avez une petite guerre dans l’église, il faut que ce soit pour un principe juste. Vous devez combattre pour la chose correcte. Et chaque membre de l’église est censé faire cela. Ainsi, cet enseignement est pour l’église. C’est pour cela que nous sommes ici, c’est pour cela que je me tiens debout ici, c’est pour cela que la Parole de Dieu est là, c’est pour l’église.

90.          Ne laissez jamais rien entraver la bonne marche de cette église; si quelque chose entrave sa bonne marche, chacun de vous est coupable. Et vous, dans vos églises respectives, si quelque chose va mal dans votre église, vous êtes coupable, parce que c’est vous le surveillant de cette église-là. Cela n’incombe pas au pasteur, cela n’incombe pas au conseil des diacres; cela vous incombe, à vous, en tant qu’individu, d’aller vers ce frère pour voir si vous pouvez le réconcilier. Si vous ne le pouvez pas, prenez alors deux ou trois frères avec vous, et puis revenez. S’il ne veut pas écouter cela, dites la chose à l’église. Alors, il est exclu du Royaume de Dieu. Dieu a dit: «Si vous le chassez là-bas, Je le chasserai ici, à condition que vous ayez suivi toute cette procédure.» Alors, Il lâchera le diable sur lui pour la construction–la destruction de sa chair. Et alors, il reviendra! C’est vrai! C’est ainsi qu’il faut le faire revenir. S’il est un enfant de Dieu, il reviendra. S’il ne l’est pas, eh bien–eh bien, il continuera sa route, et alors le diable l’enverra vers son lieu éternel.

91.          Maintenant, les motifs derrière cela... Si c’est juste un coup que vous avez monté contre quelqu’un, alors c’est différent... Mais si l’homme en question est coupable... et Lot se rendit là et rétrograda, quoiqu’il fût un Hébreux. Il se rendit là et rétrograda. Il était dans la grâce, mais il en était déchu. Et quand il est sorti... Et Lot–Lot était sauvé. Ne pensez jamais que Lot n’était pas sauvé, il l’était! En effet, tout le temps qu’il était là, au mauvais endroit, la Bible dit que «les péchés de Sodome tourmentaient journellement son âme juste». Au moment même, sa chair faisait autre chose. Et quelle fut sa fin? Il apporta davantage de disgrâce, sa femme devint une colonne de sel, il eut des enfants avec ses filles. Ainsi, vous voyez quelle disgrâce cela a apportée, parce qu’il était déchu de la grâce et n’a jamais recouvré sa première position. Et Dieu dut l’ôter de la terre.

APOCALYPSE CHAPITRE 5, 2     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 18.06.61

33.          Maintenant, si dans l'église, il arrive quelque chose qui ne soit pas correct, alors, que la personne qui sait que ce n'est pas correct aille trouver l'intéressé, et si ce dernier ne veut pas se réconcilier, alors la chose suivante à faire, c'est de prendre un témoin et d'aller, ou peut-être un ou deux témoins, et d'aller vers cette personne, pour les réconcilier ou pour redresser la chose. Maintenant, écoutez attentivement. Maintenant, ceci est aussi enregistré. Et ensuite si cela ne marche pas...

34.          Ne laissez jamais un petit «isme», ou une autre petite chose, un petit ressentiment surgir entre vous; débarrassez-vous-en immédiatement. C'est votre petit... C'est le petit renard qui abîme le raisin, vous savez. Aussi, gardez cela hors du chemin. S'il y a un petit sentiment étrange, allez en parler à l'intéressé. Dites : «J'ai–j'ai tort, je–je ne me sens pas en ordre vis-à-vis de vous,» ou quelque chose comme ça. «Aidez-moi à prier pour cela, afin que je devienne meilleur», car nous ne voulons rien d'autre au milieu de nous que le Saint-Esprit pur et non frelaté. C'est tout ce dont nous avons besoin. Alors, les dons et autres opéreront correctement et tout marchera bien.

35.          Pourquoi avoir une demi-église alors que vous pouvez en avoir une entière? Pourquoi accepter un substitut alors que tous les cieux sont remplis de ce qui est authentique? Voyez? Nous n'en avons pas besoin. Ainsi, si un petit sentiment étrange surgit parmi vous, les membres, l'un envers l'autre, allez vers l'intéressé. Vous dites : «Oh! ils m'ont fait...»

36.          Alors, souvenez-vous bien, ce n'est pas si vous, vous avez une faute à reprocher à ce frère, ou un grief contre lui, mais c'est si le frère a quelque chose contre vous (Voyez?) Allez vers lui et soyez réconciliés. Dites-lui que vous–que vous avez eu un sentiment bizarre à son sujet et que vous voulez devenir des amis. Priez, allez à l'autel et ôtez la chose du milieu de vous.

37.          Eh bien, Satan va constamment vous attaquer, jusqu'à la fin de votre vie sur terre. Souvenez-vous-en! Vous n'aurez jamais un moment sans combat, c'est tout le temps, car vous êtes engagé dans la bataille. Avez-vous demandé de venir à Christ comme à un pique-nique? Eh bien, vous serez assurément surpris, parce que c'est une bataille constante. Je suis sur le champ depuis trente et un ans et j'ai combattu pour chaque centimètre de terrain. C'est vrai ! Israël devait combattre pour chaque centimètre de terrain. Ils–ils... La Palestine leur avait été donnée, mais ils devaient combattre pour chaque centimètre de terrain, avant de la posséder.

38.          Maintenant, souvenez-vous donc de ceci, c'est que si... si quelque chose arrive donc dans l'église, laissez alors le pasteur... Et si vous–si vous devez aller chercher le pasteur pour le conduire vers la personne... et que celle-ci ne veut pas écouter cela, alors venez devant l'église et exposez cela devant l'église. Donnez-lui assez de temps pour être réconcilié, peut-être l'espace d'un dimanche à un autre. Et s'il ne veut pas écouter l'église, alors la Bible dit : «Qu'il soit comme un païen et un publicain.»

39.          Ce... Voyez-vous, tant qu'ils sont protégés par l'église, Satan ne peut pas les atteindre; mais, dès que l'église les enlève de la protection de l'église et du Sang de Christ, alors Satan va s'occuper d'eux. Cela les ramènera directement à la réconciliation. Voyez? Vous–vous comprenez cela, n'est-ce pas, Pasteur? Oui, monsieur.

40.          Ainsi, la chose qu'il faut toujours se rappeler de faire, c'est de se réconcilier. Venez à Dieu et allez-y selon la voie de Dieu. Nous avons...

 

41.          Qu'est-ce que cela nous prouve ? Deux ou trois de nos frères qui savent que j'ai été victime de ceci pendant deux ou trois ans... C'est vrai. Mais quand j'en suis arrivé au point où je pensais à ces hommes–finalement, j'ai pu aimer suffisamment ces hommes pour me défaire–défaire de cela. Alors j'ai pris des témoins, mais cela n'a pas marché. Alors, j'ai dû apporter cela à l'église. Et alors, de cette estrade, le dimanche passé, j'ai dit : je ne veux plus en entendre parler. J'en suis quitte, j'ai abandonné cela à Dieu. Voyez, et je le Lui ai confié.

42.          Et immédiatement, cela montre que ces gens étaient... appelés cela... Maintenant, s'ils ne l'avaient pas été, lorsqu'ils en sont arrivés à la correction par les Ecritures... un homme qui ne peut pas supporter la correction par les Ecritures, qui se met tout en colère et explose, cela montre qu'il n'est pas en ordre avec Dieu. C'est vrai. Mais un véritable saint de Dieu sera réconcilié avec Dieu par la Parole. C'est vrai. Et la correction se fait par la Parole. Ces frères devraient être très reconnaissants à Dieu de ce que...

43.          Vous voyez, la Bible a dit que des faux christs s'élèveraient dans les derniers jours et qu'ils séduiraient même les élus, si c'était possible; mais cela n'est pas possible. Non, monsieur. Les élus ont été préordonnés; c'est pourquoi ils ne seront pas séduits, voyez?

44.          Ainsi, aussitôt que ces frères qui sont venus là, à la maison, le jour suivant (voyez?) ils en sont arrivés même à prendre–ont commencé à me montrer leurs passages de l'Ecriture, et alors le Saint-Esprit, par les Ecritures a tout simplement condamné tout ce qu'ils disaient. Voyez? Et ainsi, voilà, ils comprirent alors. Ce groupe de gens élus entra dans la Présence de Dieu. Je suis reconnaissant pour de telles gens. Oui, monsieur, ce sont de vrais hommes.

45.          Quand vous voyez un homme qui a tort, et il est établi qu'il a tort... alors ce qui montre qu'il veut être un Chrétien, il s'avance et dit: «J'ai tort.» Ça, c'est–c'est un véritable Chrétien.

46.          Mais, ce gars qui explose, qui ne peut se tranquilliser et qui se penche d'un côté, en disant : «Oh! ce n'était rien», et ainsi de suite, prenez garde, frères. Vous pouvez voir tout de suite qu'il est tombé sous le coup de la condamnation, parce qu'il n'était pas des nôtres. Mais, pasteur, revenez toujours à cette Parole, et Elle réglera chaque fois la question. Mais, vous devez rester avec la Parole.

 

QUESTIONS ET REPONSES     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 15.10.61M

Question N°168. La Bible dit que tout concourt au bien de ceux qui aiment le Seigneur. Si donc vous aimez Dieu et que vous retourniez dans le monde, Dieu vous laissera-t-Il mourir dans le péché ou vous laissera-t-Il vous réconcilier avec Lui avant de vous reprendre?

202.       La dame a signé de son nom, je dirais donc que c’était une–une dame, voyez, parce qu’elle a signé de son nom. Oui, ma soeur, si vous êtes née... Eh bien, permettez-moi de prendre celle-ci. Voyez, temporairement et à un degré faible, chacun de nous rétrograde plusieurs fois par jour. Nous savons cela. Nous sommes tous coupables, chacun de nous; nul n’est parfait. Et tant que nous sommes dans ce corps, nous sommes toujours... Peu importe combien les gens essaient de dire : «J’ai été sanctifié; je peux embrasser cette femme ou faire cela.» Ils mentent; ils ne le peuvent pas. Eh bien, c’est tout.

203.       Je ne cherche pas à dire : «Seigneur, permets-moi de voir jusqu’à quel point je peux m’en approcher.» C’est : «Seigneur, garde-moi aussi loin que possible.» Voyez-vous? Restez simplement aussi loin que... Rappelez-vous que vous êtes toujours un être humain. Voyez-vous?

204.       Et... Mais maintenant, si vous commettez une erreur et que vous agissiez mal... Volontairement, vous ne... si vous êtes un Chrétien, si vous êtes un Chrétien né de nouveau, vous ne faites pas exprès en agissant mal. Vos intentions et tout le reste sont justes. Mais si, comme elle l’a dit ici, vous commettez vraiment une erreur et agissez mal, Dieu vous laissera-t-Il continuer simplement ainsi et mourir comme cela et être perdu, ou vous ramènera-t-Il à la réconciliation? Il vous ramènera. C’est juste. Il vous ramènera.

205.       Et si un–et puis, si vous agissez mal, et que cela ne vous condamne pas et que vous continuiez comme cela, et ainsi de suite, rappelez-vous qu’au départ vous n’étiez pas sauvé. C’est vrai. Vous–vous n’étiez pas–vous n’étiez pas sauvé; vous aviez simplement une foi fabriquée; vous n’étiez pas sauvé. Mais lorsque vous êtes sauvé, vous avez un autre esprit, vous avez une autre nature. Vous êtes une nouvelle créature en Christ, et les choses anciennes sont passées et elles sont mortes et ensevelies dans la mer de l’oubli. Vous voyez?

206.       Et... mais tant que vous vivez ici dans ce monde-ci, des pièges vous sont tendus partout; mais marchez les yeux fixés sur Christ. Et rappelez-vous, lorsque vous faites une erreur, qu’un vrai Chrétien reviendra toujours rapidement pour la réconciliation.

207.       Regardez, dans l’arche, Dieu a lâché le vieux corbeau ou plutôt Noé a lâché le corbeau. Maintenant, qu’était-ce? C’était un corbeau. Oh oui, il reposait là sur le même perchoir que la colombe. Tous les deux reposaient sur le même perchoir; mais lorsqu’il lâcha le vieux corbeau, eh bien, le vieux... Je m’imagine que toutes les eaux puaient à cause des corps gonflés et en décomposition des milliers de gens, de chevaux et de tous les animaux morts qui flottaient à la surface des eaux. Le monde entier était détruit. Et voilà qu’elles étaient là, ces vieilles carcasses mortes, flottant à la surface des eaux et tout le reste comme cela. Et Noé lâcha la colombe, parce qu’il pensait avoir perçu le soleil. Et il voulait savoir si oui ou non les eaux avaient baissé; ainsi, il lâcha le–le–le corbeau. Et le vieux corbeau s’envola et se posa sur un vieux cadavre. «Oh! la la! C’est vraiment délicieux! C’est si bon!» Voyez-vous? En train de manger un cadavre! Pourquoi? C’était sa nature. Il était un corbeau. Peu importe qu’il fût resté avec la colombe, qu’il eût entendu Noé prêcher, qu’il fût resté avec cet oiseau pur, il était au départ un corbeau. Aussitôt qu’il eut l’occasion de montrer ce qu’il était, il le fit.

208.       Mais alors, lorsqu’il lâcha la colombe, une fois dehors, pouah! Elle ne put supporter cela. Elle ne put aller nulle part; elle ne put trouver un endroit où poser ses pattes; elle retourna donc dans l’arche. Et il en est ainsi.

209.       Quelquefois, il se pourrait que vous soyez libéré pour un petit moment, pour voir ce que vous feriez; mais vous allez toujours–si vous avez la nature de la colombe, vous ne pourrez pas manger la nourriture du corbeau. C’est tout. Vous ne digérerez simplement pas cela. C’est tout.

210.       Où iriez-vous? Que feriez-vous? Dites-moi ce que vous feriez si vous étiez–si vous n’étiez pas un Chrétien! Dites-moi ce que je ferais ce matin si je n’étais pas un Chrétien. Qu’aurais-je pu faire ce matin alors que ma mère est alitée là à l’hôpital dans l’état où elle est, inconsciente comme elle est, elle est alitée là et de tout coeur j’ai pu me tenir ici à la chaire et prêcher et continuer tel que je le fais comme si cela ne me préoccupait pas? C’est parce que je sais que ma mère est sauvée. Voyez-vous? Je sais qu’elle est sauvée. Je sais en Qui j’ai cru. Je suis persuadé qu’Il est capable de garder ce que je Lui ai confié pour ce jour-là.

211.       Qu’est-ce que maman aurait pu faire maintenant? Eh bien, peut-être que toute sa vie, elle a eu de bonnes intentions, se disant : «Un jour je deviendrai une Chrétienne.» Mais comment le serait-elle devenue en ce moment où elle est étendue là inconsciente? Comment serait-elle devenue une Chrétienne maintenant? Qu’auraient pu faire ses enfants?

212.       L’autre jour, lorsque nous l’avons mise–l’avons amenée là pour qu’on lui administre du glucose, là... Tout ce qu’elle a dans son corps, c’est du glucose. Elle ne sait rien avaler; elle est paralysée. Et elle a dit: «Voici tout ce que je désire que tu saches, Billy», elle parlait de moi et de Dolorès qui nous tenions là, de ses enfants et autres, et de quelques-uns de mes frères qui sont alcooliques. Et j’ai dit : «Eh bien, ils t’ont brisé le coeur.»

Il a dit–elle a dit : «Mais, Billy, tout cela, c’est pénible pour une mère.» Elle a dit : «Mais je suis sauvée.» Et elle a dit : «Je suis prête à partir.»

213.       J’ai dit : «Maman, peut-être que tu pouvais nous laisser une maison qui s’étendrait de Jeffersonville à Utica, un palais; peut-être que tu pouvais nous laisser 10 millions de dollars au sujet desquels nous pourrions nous agiter et nous disputer après ton départ (c’est tout ce qui arriverait); mais, maman, tu nous laisses le plus grand trésor que personne ne pouvait laisser, la–l’assurance que nous te verrons à nouveau, dans ce pays qui est au-delà de la rivière.» C’est vrai! Voyez-vous?

214.       Tu es sauvée, et je suis très heureux de savoir que Christ sauve notre... Mais nous pouvons rétrograder; nous pouvons mal agir; nous avons tous nos hauts et nos bas; mais dès que dans votre âme, vous faites quelque chose, eh bien, s’il y a quelque chose de faux en vous, vous le saurez. Eh bien, c’est à cet instant là qu’il faut s’enfuir; c’est le moment de sauter; débarrassez-vous-en.

215.       Maintenant, supposons que vous alliez là aujourd’hui et–et que quelqu’un s’approche de vous et vous dise : «Hé, on me dit que tu es l’un de ces exaltés.» Immédiatement, Satan dit : «Envoie-le promener.» Voyez-vous?

216.       «Quant à être un exalté, je n’en sais rien, je suis un Chrétien!» Voyez-vous? Et chaque fois qu’il y a un mal, il faut rendre le bien pour le mal. Et rappelez-vous, prenez juste ceci maintenant, souvenez-vous-en, lorsque vous rendez le bien pour le mal, le mal ne peut tenir devant le bien. Il ne le peut.

217.       Eh bien, je suis un missionnaire, et j’ai parcouru le monde, j’ai rencontré toutes sortes de mauvais esprits, toute sorte de spiritisme et d’isme, et toutes sortes de cultes de démons et, oh, on pourrait tout penser de cela, là où il y a tout, et j’ai toujours trouvé que le bien l’emporte toujours sur le mal.

 

SE RANGER DU COTE DE JESUS     JEFFERSONVILLE IN USA    Ven 01.06.62

129.       Maintenant, je désire aborder ce sujet-ci, à savoir «Se Ranger du Côté de Jésus». Les Pharisiens et les conducteurs de Son jour essayaient toujours de Le dénigrer devant le peuple. C’était là tout simplement la manière de faire du diable. Tous les Pharisiens et les docteurs de Son jour essayaient constamment de dénigrer Jésus. Ils... tout ce qu’ils pouvaient. Ils le surveillaient constamment pour voir où ils pouvaient trouver une faute, et ils ne disaient jamais du bien de Lui; ils cherchaient toujours quelque chose à partir duquel ils pouvaient Le dénigrer et dire : «Voyez, regardez ici, s’Il était un homme de Dieu, Il n’aurait pas dû faire cela de cette façon-ci», ou «s’Il était un homme de Dieu, Il ne l’aurait pas fait de cette manière-là.» Ils essayaient de jeter le discrédit sur Lui pour amener le peuple à ne pas croire en Lui. C’est ça le travail du diable, et cette vieille combine n’a jamais cessé.

130.       Il arrive plusieurs fois qu’un ministre commette une faute, et si dans le voisinage vient un précieux frère qui essaie de faire ce qui est juste et de conduire le peuple droitement, le diable peut montrer à l’incrédule ou au soi-disant chrétien, dans ce voisinage, tout ce qu’il peut sur le compte de cet homme, pour se débarrasser de cet homme. Il le fera vous savez, la véritable manière chrétienne d’agir c’est de cacher tout ce que vous pouvez sur ce qu’a fait un frère. Ne parlez pas de ses mauvaises actions, parlez simplement de ses bonnes oeuvres. Dites simplement ce que vous savez de bien à son sujet. S’il y a quelque chose de mauvais, mettez-le de côté. Le pauvre homme en a déjà suffisamment qui sont contre lui de toute façon. N’essayez pas de prendre une perche pour l’enfoncer davantage. L’attitude chrétienne, c’est de le relever et de le tirer du fossé. Voyez-vous? N’essayez jamais de l’enfoncer; il est déjà par terre. Essayez de l’aider à se relever. Et... mais beaucoup d’entre nous aujourd’hui, beaucoup de gens aujourd’hui, pourrais-je dire, essayent de faire cela. S’ils pouvaient seulement trouver quelque chose d’autre dont ils pourraient dire que c’est vraiment mauvais...

131.       Maintenant, par exemple, si–si, frères, l’un de vous commettait une faute, et faisait quelque chose de faux–ce à quoi vous êtes sujets, moi-même y compris, chacun de nous... Mais pendant que nous continuons notre route, souvenons-nous que nous sommes des frères; nous sommes des frères. Et si nous avons une dispute, disputons-nous l’un avec l’autre. Amenons la chose ensemble  -Amenons la chose ensemble devant nos frères et réglons-la.

132.       Maintenant, on en avait l’habitude dans la famille Branham, si l’un des petits faisait quelque chose, ils en faisaient part à Bill, parce que j’étais le plus âgé. Et je devais me tenir là et voir qui avait raison et qui avait tort. Eh bien, ma décision était que, si on... qui avait raison et qui avait tort. S’ils ne le croyaient toujours pas, alors ils passaient derrière mon dos, se bagarraient et réglaient cela entre eux. Mais ils étaient toujours des frères. Voyez-vous? Ils se battaient l’un contre l’autre derrière la cour, ils se battaient l’un pour l’autre devant la cour. Ainsi, c’est comme cela que ça se passait (Voyez-vous?), et ça–nous demeurions toujours des frères.

133.       Eh bien cela–c’est de cette façon-là que nous–nous devons le faire. Voyez-vous? Si vous avez quelque chose contre quelqu’un, votre frère, n’en parlez à personne d’autre si c’est une erreur, allez vers lui et dites-le-lui. Et ensuite, s’il discute avec vous, alors prenez quelqu’un d’autre avec vous. Ensuite, mettez cela sur le tapis de la manière dont la Bible l’a dit.

134.       Mais pour Jésus, ils–ils essayaient de trouver chaque petite ombre qu’ils pouvaient pour essayer de Le dénigrer aux yeux du peuple. Et c’est ce que veut le diable. Ils veulent–ils veulent détruire votre influence auprès des gens. C’est ainsi qu’il vous faut surveiller soigneusement ce que vous faites. Marchez comme un véritable homme de Dieu, parlez comme un homme de Dieu. Voyez-vous? Agissez comme un homme de Dieu, vivez comme un homme de Dieu, parce que le diable, votre adversaire, est en train de rôder comme un lion qui rugit, cherchant à dévorer qui il peut.

135.       Pourquoi ont-ils fait cela? Ils étaient jaloux de Lui. C’est la raison pour laquelle ils essayaient de Le dénigrer. Ils étaient jaloux de Son ministère. Et c’est pour cette raison qu’ils essayaient de Le dénigrer. Mais Il avait le Ministère venant de Dieu et ils le savaient, mais c’était contraire à leurs credo; ainsi ils essayaient de Le dénigrer, de faire en sorte que tout ce qu’Il–Tout moindre défaut qu’ils trouveraient Le disqualifierait. Ils voulaient qu’Il abandonne, ils   voulaient que le peuple Le dénonce. Ils cherchaient à pouvoir dire: «Maintenant, ce type n’est rien. Regardez ici. Maintenant Le voilà. Voilà, voilà, voilà ce qu’Il a fait. Et vous savez que cela n’est pas juste. Nous avons été enseignés toute notre vie que nous devrions croire les anciens. Et voici qu’Il s’est tenu là et a engueulé cet ancien-là. Il s’est opposé à la tradition de nos pères et nous étions–et nous devrions croire la tradition de nos pères. Cela nous a été enseigné par chaque rabbi durant toutes ces années. Et voici que cet homme vient et les contredit.» Voyez-vous? « Eh bien, un tel homme ne convient pas pour être un prédicateur.»

136.       Voyez-vous? Ils essayaient de Le dénigrer. Mais dans tout cela, ceux qui croyaient en Lui, qui L’aimaient et qui avaient vu Ses signes scripturaires et miraculeux ne se laissaient pas empêcher par ces gens. Non, monsieur ! Ceux qui croyaient en Lui croyaient en Lui. Ceux qui L’aimaient se sont tenus à Ses côtés. Ils ne voyaient pas ce que les autres leur montraient.

137.       Oh! si seulement nous pouvions être comme cela. Si seulement nous pouvions fermer les yeux. Si quelqu’un venait ici pour dire : «Vous savez quoi? Ils disent que tu es un Pentecôtiste.»

–Non pas par dénomination.

–Bon, tu étais un–tu es de cette espèce de gens qui baptisent au Nom de Jésus.

–Ouais ! c’est juste.

138.       «Eh bien, laisse-moi te dire quelque chose. Je connais un homme qui autrefois était baptisé comme cela et il a fait telle et telle chose.»

139.       Mais regardez, cela n’a rien à voir avec ça. C’est un démon qui essaie de jeter le discrédit sur vous. Ils essayent toujours de vous montrer un vieux bateau qui a fait naufrage au bord de la mer, mais on ne vous présente pas cet autre qui a bien effectué le voyage. C’est juste. Voyez-vous? C’est juste.

140.       Ils essaient toujours d’exposer un vieux cheval décharné et ils disent : «Voici un spécimen. Voici ce que cela a fait. Oh! je connais un certain prédicateur qui était un prédicateur de la sainteté et il a fait ceci, cela et autre.» Mais ils ne vous montreront pas les autres qui n’étaient pas de la Sainteté et qui ont aussi fait cela. Voyez-vous? Et ils ne montrent pas les choses glorieuses que Dieu a faites.

141.       C’est comme quelqu’un qui dirait : «Oh! ici cet homme est allé trop loin. Il–il est allé trop loin.» Il se pourrait qu’il ait fait cela. «Il s’est ruiné, il est allé trop loin; il est devenu un fanatique.» Il se pourrait qu’il ait fait cela. Mais pendant qu’ils sont en train de vous montrer le nombre de ceux qui–un qui est allé trop loin, qu’en est-il de ces millions qui ne sont jamais allés assez loin? Ils ont manqué de voir cela. Voyez-vous ce que je veux dire?

142.       Ainsi, les gens essayaient, ces Pharisiens, ces Sadducéens, ces hypocrites, les Hérodiens et tous, essayaient de jeter le discrédit sur Jésus; mais ces véritables croyants qui étaient prédestinés à entendre ce Message-là, L’ont entendu et ils n’Y ont pas vu de faute du tout.

143.       C’est la même chose maintenant, ceux qui croient en Lui L’aiment; ceux qui croient en Lui ne voient aucune faute en Lui. Ils ne voient aucune hérésie, ils ne voient rien de faux; ils ne voient rien de faux dans Sa Parole; ils ne voient rien de faux dans Son peuple; ils ne voient que Jésus et c’est tout. Ils sont–ils sont prédestinés à la Vie Eternelle. Ainsi, ils se rangent du côté de Jésus et y restent.

 

CHRIST EST LE MYSTERE DE DIEU REVELE     JEFFERSONVILLE IN USA    Dim 28.07.63

78.          J’ai connu Orman Neville depuis que j’étais un jeune homme, et il n’a pas du tout changé; seulement il s’est davantage rapproché de Dieu. Je me rappelle quand je l’ai vu pour la première fois à un... J’étais invité à sa chaire méthodiste. Et quand je suis revenu ici au Tabernacle, j’ai dit : «Un jour, je le baptiserai au Nom de Jésus-Christ.» Et le voici maintenant avec le Message, allant de l’avant, un très vaillant serviteur.

79.          Et frère Neville passe par beaucoup de tensions et de chagrins que... il ne le laisse pas voir ici au Tabernacle. Mais, étant donné que le Seigneur me laisse voir un peu dans la vie des gens, je sais quelle situation il traverse, beaucoup de choses, voyez-vous? Et certainement, il passe par beaucoup de peines, de tensions et autres. Et vous, vous les gens d’ici, soutenez-le comme Josué et Caleb soutenaient les mains de Moïse pendant qu’il apportait la Parole.

80.          Par-dessus tout, aimez-vous les uns les autres. Aimez-vous les uns les autres. Ne... Peu importe ce que le diable essaie de dire! Maintenant vous formez tous un grand, un bon et merveilleux groupe, mais souvenez-vous de mon avertissement, voyez. Satan ne laissera pas cela demeurer ainsi. Non, monsieur. Il injectera toutes sortes de choses. S’il doit introduire quelqu’un pour atteindre son objectif, il introduira un critiqueur ou un incrédule, lui donnera une place, l’amènera à fraterniser avec vous dans le calme et ainsi de suite, ensuite il injectera une espèce de poison qu’il commencera à répandre dans l’église. N’ayez pas part à cela. N’ayez rien à faire avec quelque chose d’autre. Restez simplement aimables, doux et gentils les uns envers les autres. Priez pour cet homme-là, afin qu’il soit aussi sauvé, ou pour cette femme, qui que ce soit. Priez simplement pour eux. Restez attachés les uns aux autres.

81.          Et restez avec votre pasteur. Voyez, il est le berger, et respectez-le. Il vous conduira jusqu’au bout et–car il a été ordonné par Dieu pour le faire.

82.          Maintenant, allez-vous vous rappeler cela? [L’assemblée dit : «Amen!» –N.D.E.] L’ennemi viendra. Et quand il viendra, restez attachés fermement les uns aux autres. Et celui que le diable utilise comme ennemi, soit il sortira, soit alors il entrera et deviendra l’un de vous. C’est tout.

83.          Ne formez jamais des clans parmi vous, et ne–et ne faites pas de commérages et n’ayez pas un esprit de clan. Nous sommes un. Je ne peux pas dire : «Main gauche, je suis–je suis fâché contre toi, je vais t’arracher parce que tu n’es pas la main droite.» C’est ma main gauche. Je veux qu’elle reste là, même le petit bout de mon doigt, je veux qu’il reste juste là, que chaque petite partie de mon corps reste juste là. Et Dieu veut que nous, en tant que Corps de croyants, nous restions tout à fait les uns avec les autres, simplement les uns avec les autres.

84.          Et maintenant, vous avez des bandes à ce sujet. Vous avez des bandes sur ce que nous croyons. Vous avez des bandes sur la discipline dans l’église; comment nous nous comportons dans l’église de Dieu, comment nous devons nous réunir ici et nous asseoir ensemble dans les lieux célestes. Ne restez pas à la maison. Si Dieu est dans votre coeur, vous serez impatient de voir ces portes s’ouvrir là, pour que vous entriez ici afin de communier avec vos frères. Si vous ne–vous n’avez pas de tels sentiments, alors je vous dis qu’il est temps de vous mettre à prier.

85.          En effet, nous sommes dans les derniers jours, où la Bible nous a exaltés–nous a exhortés, d’autant plus que nous voyons ce jour-là approcher, à–à nous aimer les uns les autres d’un amour chrétien et d’un amour divin, à nous rassembler dans les lieux célestes en–en Christ Jésus, à nous aimer les uns les autres. «A ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres.» C’est vrai. Restez bien ensemble.

86.          Si vous pensez que le frère ou la soeur est quelque peu dans l’erreur, dites : «Seigneur, ne laisse jamais la racine d’amertume pousser en moi, parce que cela va–cela lui fera du mal et cela ôtera directement Christ de ma vie.» Ces acides empoisonnés de malice, de jalousie, de haine, cela ôtera immédiatement le Saint-Esprit de vous. Cela Le fera fuir de ce Tabernacle. Cela tuera l’Esprit de Dieu ou Le chassera d’ici, cela blessera votre pasteur. Cela provoquera toutes sortes de choses. Voyez-vous? Ne faites pas cela.

87.          Restez simplement attachés davantage les uns aux autres.  Dressez le... Prenez la boucle, comme l’a témoigné le frère, un ministre ici l’autre soir, au sujet d’avoir la boucle, ayant vu cela dans une vision. Juste... ces boucles sur toute l’armure de Dieu. Portez simplement cela, resserrez-les, rapprochez-vous davantage les uns des autres. Aimez-vous les uns les autres, quoi qu’il en soit. Parlez du bien les uns des autres, parlez en bien les uns les autres, et alors Dieu vous bénira.

Questions ou Commentaires :

Billy DIABASENGA, Pasteur

Reconciliation Tabernacle

15 Bis, Avenue Kibali, Lemba Terminus

Téléphone : +243818151745

E-mail : This email address is being protected from spambots. You need JavaScript enabled to view it.

 

Site Internet : www.reconciliationtabernacle.org